Le Blog de Sacrebopol

Ceux qui ont marqué l’histoire…

Il  est  difficile  d’effacer  l’histoire  de  tout  un  pays,  de  la  déformer  ou  de  la  personnaliser  à  jamais.  Le  cinquantenaire  commémoratif  de  l’accession  du  Congo  à  l’indépendance  est   ce  moment  historique,  pareil  à  celui  du  jugement  dernier,  où  il  faut  faire  défiler  les  morts  et  les  vivants  mêlés  d’une  manière  ou  d’une  autre  à  l’histoire  de  ce  pays.  Ils  sont  du  gotha  respectivement  spirituel,  politique,  militaire,  culturel,  scientifique,  syndical,  journalistique.  Ce  sont  des  personnages  qui  se  sont  signalés  différemment.  Malheureusement,  ces  acteurs  de  l’histoire  congolaise  dont  la  plupart  ne  sont  plus  de  ce monde, n’ont  guère  laissé  de  témoignages  écrits  à  titre  de  mémoires,  des  événements  auxquels  ils  ont  été  associés.  Pour  pouvoir  retracer  aujourd’hui  ce  qui  s’est  passé,  il  faut  soit  avoir  vécu  certaines  étapes  de  l’histoire,  soit  se  référer  à  des  récits  historiques  fragmentaires.

 

Les  uns  peu  nombreux  ont  été  patriotes  et  nationalistes  jusqu’au  bout  et  au  sacrifice  suprême:  les  autres  fermes  au  départ  n’ont  pas  résisté  aux  tempêtes  consécutives  à  la  libération  du  pays.  Il  s’en  est  suivi  des  trahisons,  des  reniements, et  des  compromissions dont  la  conséquence  a  été  l’aliénation  de  l’indépendance  et  de  la  souveraineté  du  pays,  avec  l’apparition  des  autocraties  enfantées  par  des  coups  d’Etat  militaires  et  des  rébellions  civiles.  Dans  le  domaine  spirituel  se  sont  illustrés  le  prophète  Simon  Kimbangu,  l’Abbé  Albert  Joseph  Malula,  futur  archevêque  de  Kinshasa  et  futur  premier  Cardinal  du  Congo,  Mgr  Joseph  Nkongolo, l’évêque  de  Mbuji-Mayi,  Mgr  Laurent  Monsengwo, l’archevêque  de  Kisangani  et  Président  honoraire de  la  Conférence  épiscopale  nationale  du  Congo (CENCO).  Dans  le  domaine  militaire,  les  généraux  Victor  Lundula,  Joseph-Désiré  Mobutu,  Léonard  Mulamba Nyunyi,  Léopold  Masiala  Kinkela,  Louis  Bobozo,  Bangala. Dans  le  domaine  culturel,  les  célèbres  artistes  musiciens  Wendo  Kolosoy,  Jean-Bosco  Mwende  wa  Bayeke,  Léon  Bukasa,  Joseph  Kabasela  Tshiamala,  Franco  Lwambo  Makiadi,  Nicolas  Kasanda, Pascal  Tabu  Ley,  Bombenga etc…  Dans  le  domaine  scientifique,  Mgr  Tharcisse  Tshibangu,  Recteur  Magnifique  de  l’Université  Lovanium et Président  honoraire du  Conseil  d’Administration  des  Universités  du  Congo,  le  Professeur  Malu  wa  Kalenga.

 

Dans  le  domaine  syndical,  Alphonse  Roger  Kithima, Cyrille  Adoula,  André  Bo-Boliko,  Raphaël  Bintu,  Maximilien  Liongo,  Arhur  Pinzi.  Dans  la  presse,  Antoine  Roger  Bolamba, José  Lobeya,  Joseph  Ngalula,  Gabriël  Makoso,  Jean-Jacques  Kande,  Camille  Mwisa,  Philippe Kanza,  Mathieu  Ekatou,  Pascal  Amici,  Evariste  Kimba,  Tshilembe  Kota,  Joseph-Désiré  Mobutu,  Paul  Katanga,  Philippe  Elebe,  Paul  Kalambay,  Joseph  Mbungu,  Léon  Mukanda,  Pascal  Kapela,  Raphaël Mpanu-Mpanu,  Kititwa,  Bonaventure  Zambite,  Gaston  Nsengi  Biembe,  Louis-Roger  Dongo.  Dans  une  certaine  mesure, on retient  les journaux  qui  se  sont  particulièrement  distingués  et  révélés  progressistes,  combatifs  et  critiques  dans  la  période  de  la  Conférence  nationale  souveraine  après  l’apparente  ouverture  du  régime  de  Mobutu  à  la  démocratie,  notamment  Elima,  La  Semaine,  Le  Potentiel,  Le  Phare,  La  Tempête  des  Tropiques,  Umoja,  La  Référence  Plus,  surnommés  « la  presse  rouge »  proche  de  l’Opposition  au  régime  de  Mobutu. Par  la  profondeur  des  analyses,  la  pertinence  des  commentaires,  la  solidité  des  éditoriaux,  le  sérieux  dans  le  traitement  et  la  diffusion  des  informations,  le  courage  de  leurs  éditeurs  et  le  professionnalisme  de  leurs  journalistes,  ces  journaux  « rouges »  ont  joué  un  rôle  capital  dans  la  conscientisation  de  l’opinion  et  la  vulgarisation  du  concept  même  de  la  démocratie.

 

Evolution  de  la  classe  politique

J’en  arrive  maintenant  au  domaine  politique  qui  est  le  plus  peuplé  et  le  plus  confus.  Je  rappelle  leurs  noms  pêle-mêle  avant  de  survoler  les  rôles  qu’ils  ont  joués  chacun.  Jean  Bolikango  leader  des  Bangala ;  les  leaders  de  l’Abako  Joseph  Kasa-Vubu,  Daniel  Kanza,  Edmond  Nzeza  Nlandu,  Gaston  Diomi,  Muanda  Vital ;  du  PSA  Antoine  Gizenga,  Cléophas  Kamitatu, Yvon  Kimpiobi,  Bernardin  Mungulu  Diaka, Charles  Dia,  Norbert  Leta ;  du  MLC  Patrice  Lumumba,  Victor  Nendaka,  Christophe  Gbenye,  Joseph  Iléo,    Joseph  Ngalula,  Cyrille  Adoula  Jacques Lumbala, Finant,  Joseph Mbuyi, Barthélémy  Mujanayi,  Emmanuel  Nzuzi ;  Janson  Sandwe,  Isaac  Kalonji  Mutambayi,  Moïse  Tchombe,  André  Kapwasa,  Godefroid  Munongo,  Jean-Baptiste Kibwe,  Evariste  Kimba,  Charles  Mutaka  wa  Dilomba,;  Jonas  Mukamba, Albert  Kankologo, Ferdinand Kazadi, Alphonse Ilunga, André Lubaya,  David  Odia,  Barthélémy  Mukenge,  François  Luakabwanga,  Sylvestre  Mudingayi,  Alphonse  Ilunga, Sylvestre Mangole Kalamba,  Liévin  Kalubye  Beltchika ;  Justin-Marie  Bomboko,  Léon  Engulu,  Paul  Boliya,  Anani  Jérôme, Ndjoku Eyobaba ;  Jean-Chrysostome  Weregemere,  Bisukiri.

Plus  tard il ya eu  cette  autre  catégorie spéciale  comprenant  les  13  parlementaires  dont  Etienne  Tshisekedi,  Marcel  Lihau,  Vincent  Mbwankiem,  Frédéric  Kibassa,  Charles  Dias,  Paul  Kapita,  Faustin  Birwinda,  Protais  Lumbu,  Anaclet  Makanda  Mpinga,  François  Lusanga,  Kanana  Tshiongo wa  Minanga,  Mbombo  Lona,  Ngoyi  Mukendi  qui  vont  narguer  la  dictature  en  créant  un autre  parti  politique  opposé  à  celui  du  régime  de  Mobutu ;  d’autres  personnalités  étaient  notamment  Me  Nimy  Mayidika  Ngimbi,  Léon  Mpinga  Kasenda, Anaclet Makanda  Kabobi,  Prosper  Madrandele,  Alphonse  Mavungu,  Vunduawe,  Honoré  Ngbanda ;  enfin  Laurent-Désiré  Kabila  avec  ses  compagnons  Bugera,  Bizima,  Mwenze  Nkongolo,  Gaetan Kakudji  etc.. Cette  liste  des  personnages  du  monde  politique  congolais  n’est pas exhaustive.  Mais  l’histoire  peut  être  répartie  en  5  étapes  essentielles :  1/de  1920  à  1960 ;  2/de  1960  à  1965 ;  3/de  1965  à  1997 ;  4/de  1997  à  2003 ;  5/de  2003  à  ce  jour  anniversaire  du  cinquantenaire.  C’est  dans  ces  étapes  que  sera  évoqué  le  rôle  joué  par  certains  personnages  ainsi  que  d’autres  dont  les  noms  ne  sont  pas  rappelés  dans  cette  énumération  pour  économie  d’espace.

 

Le  rôle  primordial    a  été  joué  par  deux  personnages  charismatiques  spirituels,  pour  réveiller  la  conscience  de  leurs  compatriotes.  Il  s’agit  d’abord  du  prophète  Simon  Kimbangu  qui,  40  ans  plus  tôt,  c’est-à-dire  avant  1960,  s’engagea  résolument  dans  une  sorte  de  mouvement  de  réarmement  moral,  dénonçant  le  système  colonial  et  prédisant  sa  fin imminente  et  la  libération  du  peuple  noir.  Il  fut  arrêté,  jugé,  condamné  et  mourut  en  prison  au  Katanga où il  était  transféré.  Ensuite,  en  1957,  c’est  l’Abbé  Joseph  Albert  Malula,  curé  de  la  paroisse  Christ-Roi  à  Léopoldville,  qui  encadre  un  groupe  d’évolués  congolais  dont  Joseph  Iléo,  Joseph  Ngalula,  Albert  Nkuli,  Pierre  Mbaya  et  d’autres.  Il  devient  le  maître  d’œuvre  de  l’inspiration,  de  l’orientation  et  de  la  rédaction  du  document  dit  « Manifeste  de  la conscience  africaine »  qui  fait  l’effet  d’une  bombe  dans  les  hautes  sphères  belges  à  Bruxelles,  ainsi  que  parmi  les  fonctionnaires  et  colons  belges  au  Congo.  Le  document  parlait  de  l’émancipation  des  Congolais  par  la  Belgique.  C’est  alors  que  se  croyant  pris  de  vitesse  par  les  auteurs  du  « Manifeste »,  les  leaders  de  l’ABAKO  avec  Joseph  Kasa-Vubu  en  tête,  réagissent  et  publient  leur  « contre-manifeste »  exigeant  l’indépendance  immédiate  et  inconditionnelle.  Tel  est  le  survol    de  la  partie  de  l’histoire  de  1920  à  1960.

 

 De  1960  à  1965

C’est  à partir de  1940  que  se  révèlent  les  premiers  journalistes  congolais  comme  Antoine  Roger  Bolamba de « La  Voix  des  Congolais »,  Paul  Lomami  Tshibamba,  Michel  Colin,  José  Lobeya  de « La  Croix  du  Congo »,  Jean-Jacques  Kande, Camille  Mwissa,  Philippe  Kanza,  Mathieu  Ekatou,  Paul  Katanga,  Gaston  Nsengi  Biembe,  Louis  Roger  Dongo, Joseph-Désiré  Mobutu,  Evariste  Kimba,  Kitwita,  Paul  Kalambay,  Joseph  Mbungu,  Gabriël  Makoso,  Pascal  Amici,  Tshilembe  Kota,  Léon  Mukanda,  Philippe  Elebe.  Mais  de  1960  à  1965,  ce  sont  les  politiciens  qui  dominent  sur  le  terrain,  dans  une  ambiance  chaotique  des rébellions  et  des  sécessions. Moïse  Tchombe  donne  le  ton  avec  la  proclamation  de  la  sécession  de  la  province  du  Katanga,  avec  Godefroid  Munongo,  Jean-Baptiste  Kibwe,  Evariste  Kimba, André  Kapwasa.  Leader d’une  aile  dissidente  du  MLC  et  manipulé  par  les  « kinois »  Joseph  Iléo,  Joseph  Ngalula  et  Cyrille  Adoula  éclipsés  dans  la  ville  de  Léopoldville  par  l’aura  de  Lumumba,  Albert  Kalonji  proclame  à  son  tour  l’Etat  autonome  du  Sud  Kasaï dont il est  le  Président  et  Joseph  Ngalula  Premier  ministre.  A  cause  des  troubles  sociaux  consécutifs  à  l’indépendance,  Mgr  Joseph  Nkongolo  est  contraint  de  quitter  son  diocèse de Luebo  et  va  s’installer  à  Bakwanga (Mbuji-Mayi).  Il  est  témoin  du  massacre de  la  population  civile à  Bakwanga  par  les  soldats  de  l’armée  nationale  en  route  pour  Elisabethville (Lubumbashi).  Il  finit  par  obtenir  du  Vatican  l’érection  en  diocèse  de  sa  juridiction apostolique  du  Sud  Kasaï.

 

Au  Katanga,  Jason Sendwe  nationaliste  opposé  à  la  politique  séparatiste de Tshombé  et  pro-Lumumba,  est assassiné.  Plus  tard, André Kapwasa va se détacher de Tshombé pour flirter avec Mobutu  dans  son MPR.  Les  leaders en  vue à Luluabourg sont Alphonse Ilunga, Barthélémy  Mukenge, François  Luakabwanga, et André Lubaya. Ce dernier, devenu très  populaire, s’attire  des ennuis de la part de ses frères et sera liquidé par  le régime de Mobutu sans que son corps ne soit retrouvé et enterré. A Bakwanga, plusieurs politiciens sont  tués dans le massacre opéré par l’armée nationale et aussi par le  régime de Kalonji Mulopwe et Ngalula. C’est le cas de David Odia, Ndaya Jean, Tshimenga, chef coutumier Bujitu, Jacques Lumbala, Finant, Emmanuel Nzuzi. A Stanleyville, le gouvernement populaire de Gizenga-Gbenye s’illustre aussi oar une série de  tueries sur la place  publique, que le général Nsinga Boyenga va évoquer à la tribune de la Conférence nationale souveraine à Kinshasa. Pierre Mulele au Kwilu et Gaston Soumialot à l’Est, déclencent une guérilla qui prend de l’ampleur. A Léopoldville, deux ministres, Justin-Marie Bomboko et Albert Delvaux contresignent le  décret du Président Kasa-Vub révoquant leur Premier ministre  Lumumba. Secrétaire au gouvernement de Lumumba et devenu colonel, Mobutu suspend le chef de l’Etat et le Premier ministre, mais la cible est ce dernier.

 

En 1965, devenu Lieutenant-général, Mobutu chasse le Président Kasa-Vubu  qui persiste à nommer Evariste Kimba Premier ministre alors qui’à deux  reprises le parlement lui refuse sa confiance, poste  qui revient à la coalition de Tshombe, il s’empare du pouvoir. Sous  le prétexte d’un  » complot de la Pentecôte «, Mobutu fait pendre publiquement 4  personnages politiques : Evariste Kimba, ancien ministre des Affaires étrangères du Katanga entré en dissidence avec Tshombé, Jérôme Anani, ancien ministre de la Défense dans le gouvernement Adoula, Emmanuel Bamba, un des leaders influents  de l’Abako, et Mahamba du Kivu. Ils sont exécutés par le général Bangala, alors gouverneur de la ville de Léopoldville, l’un des officiers généraux du Haut Commandement militaire,  auteurs du coup d’Etat du 24 novembre 1965.

 

De 1965 à 1997

Toute cette période est marquée par l’omnipotence du règne sans partage de Mobutu, avec la création un parti unique, le MPR, embrigadant tout le monde bon gré mal gré, et l’apparition sur la scène des visages politiques nouveaux, dont la plupart bardés de diplômes universitaires. Etienne Tshisekedi, Joseph Nsinga  Udjuu, Prosper Madrandele, Marcel Lihau, Me Nimy Mayidika Ngimbi, Me Gérard Kamanda, Anaclet Makanda, Gambembo, Mafema, Léon Mpinga Kasenda, Jean Nguz Karl-I-Bond, Guillaume Samba Kaputo, Umba di Lutete, Evariste Mabi, et d’autres dont il n’est pas nécessaire d’évoquer les noms, ceux qui sont cités étant déjà  un échantillon éloquent. Mais le vent de fronde va souffler dont les promoteurs sont les 13 parlementaires qui créent un parti politique dénommé « L’Union pour la démocratie et le progrès social » en sigle UDPS. Finalement, 12 vont flancher et rejoindre Mobutu. Un seul sort du lot et reste ferme et imperturbable, c’est Etienne Tshisekedi. Il en fait voir de toutes les couleurs à Mobutu et son régime. Il est plébiscité Premier ministre à la Conférence nationale souveraine, contre le candidat du pouvoir Thomas Kanza. C’est à cette conférence nationale que se révèle Mgr Laurent Monsengwo qui devient le Président de ce forum. Mais il va se fourvoyer et se mouiller avec sa philosophie des « convergences parallèles » et de « la IIIe voie », avec dans la foulée le sabordage du schéma de la conférence et l’apparente récupération de la situation par Mobutu.
Mais l’artisan de la IIIe voie ne pouvait pas s’imaginer qu’il faisait le lit  du troisième larron. Laurent-Désiré Kabila, ancien maquisard replié depuis des lustres sur  les plateaux de Fizi et Baraka au Kivu, s’amène avec son cortège de compagnons de l’AFLD comme Bugera, Bizima, Masasu, Kabarehe, mêlés d’éléments de la diaspora tels que Mwenze Nkongolo, Gaetan Kakudji, Luangi, Mawampanga. Ils prennent le pouvoir à Kinshasa.

 

De 1997 à 2003

Toutefois, la coalition AFLD est étonnamment éphémère. Un an plus tard, des compagnons d’orgine rwandophone entrent en dissidence, appuyés par les mêmes pays de l’Est dont le Rwanda et l’Ouganda. Des figures congolaises du régime de Mobutu y sont aperçues. Vincent Lunda  Bululu, Alexis Thambwe Mwamba, Lambert Mende, Kin Kien Mulumba et d’autres. Ce conflit prendra fin avec le regroupement de tous les belligérants majeurs et mineurs à Kinshasa dans un gouvernement de transition mis sur pied par la communauté internationale à l’issue du dialogue intercongolais en Afrique du Sud.

 

Le combat de Malula

Avant d’en finir avec le survol de l’histoire, il y a lieu de revenir à la période de 1965 à 1995 pour évoquer certains faits importants pour le cas particulier du Cardinal Malula. Il soutenait fermement et discrètement toutes les initiatives des hommes politiques congolais … qui luttaient pour le changement. C’est le cas des 13 parlementaires fondateur de l’Udps. Il s’élève énergiquement contre la politique de l’authenticité que prônait Mobutu pour l’abandon des noms chrétiens et en matière vestimentaire avec l’abandon du « costume-cravate » qu’il considérait comme l’aliénation du peuple et le retour en arrière. Il critique sévèrement la politique sociale de la dictature et y oppose sa philosophie de « Justice distributive ».  Tout cela lui valut la destruction de sa résidence du Bld Sendwe transformé en bureau de la Jeunesse du MPR et son exil à Rome.

 

Pour cette législature de la IIIè République qui tire à sa fin, les figures de premier plan de son histoire sont le Président Joseph Kabila, l’ancien président de l’Assemblée nationale Vital Kamerbe, l’ancien Premier ministre Antoine Gizenga, le Premier ministre Adolphe Muzito, le Président du Sénat Léon Kengo, le Président de l’Assemblée nationale Evariste Boshab. Il y a aussi  le sénateur Jean-Pierre Bemba, président national du MLC, candidat malheureux au second tour du scrutin présidentiel de 2006,  arrêté à partir de Bruxelles, pour des événements qui s’étaient déroulés en République centrafricaine. Parmi les groupes armés, Laurent Nkunda du CNDP est celui qui a beaucoup fait parler de lui.
Tout bien considéré, on voit que les 50 ans d’indépendance ne se terminent pas en beauté. Les patriotes nationalistes à compter sur les doigts d’une main n’ont  pu réaliser tout idéal, trahis par des sous-fifres à la solde des forces occultes. Le pays n’est pas encore exorcisé.

 

Jean N’Saka wa N’Saka

http://www.lephareonline.net/lephare/index.php?option=com_content&view=article&id=1670:ceux-qui-ont-marque-lhistoire&catid=57:special-30-juin&Itemid=114

 

Ndlr: Il ne faut pas non plus oublier le Sphinx de Limete, le doyen Étienne Tshisekedi qui revient en force après une longue maladie et qui se retrouve favori pour les élections libres, démocratiques et ouvertes.

 http://lejalonducongo.unblog.fr/2011/04/01/ceux-qui-ont-marque-lhistoire/



01/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres