Le Blog de Sacrebopol

CLÉOPHAS KAMITATU, KILOMBO

Cléophas Kamitatu-Massamba, KILOMBO ou le prix à payer pour rebâtir la R-D Congo, L'Harmathan, Paris, 2007, 260 pages

11 March, 2008 by kingunda

L'auteur de ce livre est bien connu des Congolais. Cléophas Kamitatu Massamba est, en effet, l'un des pères de l'indépendance de notre pays, acteur et témoin de l'histoire politique de la RDC. Il est notamment l'auteur de deux livres importants : -La grande mystification du Congo-Kinshasa, paru aux éditions François Maspero, Paris, 1971 ; -Le pouvoir à la portée du peuple, publié par les éditions de l'Harmathan, Paris 1977. Auteur politicien fécond, il livre au public, pour la troisième fois, ce livre qui donne les clefs aux lecteurs pour comprendre tant soit peu l'histoire politique du Congo à partir de 1885 jusqu'en 2001. Dans l'introduction, il explique son terme fétiche : kilombo, titré en majuscule, mot récurrent tout au long de son livre. Kilombo constitue une trilogie kilombo, Kilôm, Quilomb. Il désigne à l'origine la transaction puis le montant de la dot nécessaire à l'alliance de deux familles. C'est aussi le nom de son village natal. Dans sa langue kingongo,

il signifie le prix à payer, et au sud brésilien quilom est un fortin, une forteresse protectrice des nègres libres ou marrons. En résumé, kilombo, kilôm ou Quilomb n'est rien d'autre que le prix à payer pour quelque chose d'important. « Et quel objet possède plus de valeur que la liberté ou autant de valeur que la sécurité et la défense de son fief ?» (p. 22) ; c'est-à-dire notre Congo.

Le livre est divisé en deux parties. La première partie décrit l'histoire politique du Congo qui remonte à la fin du 19e siècle à partir de la reconnaissance de l'Etat Indépendant du Congo, Etat paradoxalement attribué en propriété privé au Roi Léopold II de Belgique à la Conférence Internationale de Berlin en 1885, jusqu'à l'année de l'indépendance du Congo le 30 juin 1960 (pp. 25-96). Cette première partie comprend trois grandes sections : la colonisation dans ses œuvres (1885-1956) (pp. 25-41), La naissance et gestion d'une conscience nationale congolaise (1955-1958) (pp. 42-58), le vent de l'indépendance (1958-1960) ( pp. 59-70).

Dans la deuxième partie, en sa qualité de témoin et d'acteur politique, l'auteur brosse dans le moindre détail la situation politique du Congo. Il conte avec clarté, précision et netteté les événements qui ont émaillé au fil des ans la vie politique congolaise. A son tour, cette partie intitulé : Kilombo payé par les dirigeants congolais, comprend quatre sections sur lesquelles nous voulons nous arrêter un peu.

La première section s'intéresse à la vie politique de la 1ère République Démocratique du Congo (pp. 99-130). L'auteur se convainc que les pères de l'indépendance congolaise, à l'instar de Patrice Lumumba et ses compagnons Okito et Mpolo ainsi que de Kasa-Vubu et lui-même, se sont sacrifiés pour la naissance de la République Démocratique du Congo. La deuxième section analyse la crise congolaise, ONU-C, et rébellions (pp. 131-183). Et la troisième section décrit la vie politique de la 2ème république et de la 1ère Transition (1965-1997) (pp. 184-238). L'auteur juge très sévèrement les dirigeants de la deuxième République en l'occurrence Mobutu. L'ère mobutiste a assassiné la démocratie naissante de la première République. Après son célèbre discours du 24 avril 1990 ouvrant le pays au semblant processus démocratique « Le dictateur se maintint ainsi encore sept longues années à la tête d'une '3ème République' en devenir… Le Président Mobutu et l'Opposition Radicale – dite 'démocratique' ont choisi de se neutraliser mutuellement au lieu de négocier de façon responsable le Changement incontournable. Ils ont été frappés d'un même coup de balai suite à la guerre qui éclata à l'Est en 1996, dont les 'Banyamulenge' furent la mèche enflammée et les militaires rwandais et ougandais la force décisionnelle finale » (p. 236). De même la Conférence Nationale Souveraine a échoué dans son entreprise de chasser la dictature et le dictateur. Enfin, la 4ème section aborde l'avènement et le règne de L D Kabila (1997-2001), (pp.239-256). Après la dévastation mobutiste, le règne de L D Kabila n'a pu apporter ce bien supérieur qu'est la paix nationale. « Jusqu'à sa disparition, le 17 janvier 2001, L-D Kabila a refusé de payer ce prix. Il n'a fait la paix ni avec son peuple ni avec les agresseurs de l'Est, ceux-là mêmes qui l'avaient porté au pouvoir ! De la sorte, il a laissé un pays agressé et divisé, en pleine guerre alors qu'il l'a trouvé 'malade' mais uni et en paix » (p.256).

Pour clore son livre, l'auteur mentionne noir sur blanc que « le Congo de 2007 doit également payer un lourd kilombo pour retrouver une paix qui sécurise durablement les deux acquis fondamentaux du 30 juin 1960 : la Liberté pour tout le Peuple et l'intégrité de son territoire. » ( p. 256).

En faisant cette relecture intelligente de l'histoire du Congo telle qu'il l'a déroulée dans les pages de ce livre, Cléophas Kamitatu Massamba démontre à chaque étape de l'histoire de notre pays que quand le kilombo a été payé tout a fonctionné normalement. Par contre, chaque fois que le kilombo, pour une raison ou une autre n'a pas été payé, le pays a sombré dans le désordre ou plus rien n'a fonctionné. Nous croyons qu'une synthèse des trois ouvrages de Cléophas Kamitatu Massamba constituerait un excellent manuel pour l'enseignement de l'histoire de notre pays dans les classes terminales des humanités secondaires. Il est grand temps que les Congolais apprennent l'histoire de leur pays pour mieux le servir. Ce livre ne contient rien que ce qui est interdit d'ignorer en matière politique de notre pays. Nous le recommandons à nos lecteurs.



P.Anicet N'TEBA MBENGI, SJ

Université Pontificale Grégorienne

Rome-Italie

 


10/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres