Le Blog de Sacrebopol

NAUFRAGE EN RDC: 19 MORTS

Naufrage en RDC: 19 morts et près de 80 disparus sur le fleuve Congo

KINSHASA — Dix-neuf personnes ont péri et près de 80 sont portées disparues après le naufrage d'un bateau dimanche matin sur le fleuve Congo, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon un nouveau bilan recueilli lundi par l'AFP auprès des autorités locales.

Un précédent bilan faisait état de 15 morts et 90 disparus.

Le bateau Kyabuntu, qui transportait au moins 190 passagers et des marchandises, a chaviré vers 04H00 locales (06H00 GMT) près d'Ankoro, à environ 770 km au nord-ouest de Lubumbashi, capitale de la province minière du Katanga, a indiqué à l'AFP le chef de l'arrrondissement d'Ankoro, Jean-Pierre Mulongoy, joint par téléphone de Kinshasa.

"On a pu sauver 97 personnes et enterrer 19 corps qu'on a retirés de l'eau. Le reste (des corps) se trouve toujours dans le fleuve", a précisé M. Mulongoy, révisant un précédent bilan où il avait fait état de quinze morts et de 88 disparus.

La surcharge de l'embarcation, qui reliait Kongolo à Bukama, serait à l'origine du naufrage, a-t-il estimé.

Lundi en fin de journée, les recherches se poursuivaient pour retrouver les autres corps et le bateau.

La zone est infestée de crocodiles, selon les locaux.

Les survivants, dont la majorité résident dans la bourgade de Kongolo, à 170 km d'Ankoro, étaient regroupés dans des "conditions précaires" sur les lieux du drame, a-t-il souligné.

Selon le médecin en chef de région, le docteur Elie Ndoba, ces survivants sont exposés à "des risques d'épidémie de choléra et de rougeole".

"Ils vivent dans un hangar sans latrines et consomment l'eau du fleuve où sont engloutis les cadavres", a expliqué le Dr Ndoba.

Le ministre congolais de la Santé, Mopipi Mukulumanya, a affirmé à l'AFP que "le gouvernement attendait une réaction de ses partenaires", pour réunir des moyens (financiers) d'aide aux survivants. Son collègue des Transports, Matthieu Mpita, a indiqué avoir "conscience du phénomène", en référence à au balisage défectueux des voies d'eau.

"Le pays est vaste mais c'est un souci pour nous de réformer ce secteur", a-t-il déclaré.

Un élu de la région, le député Jean-Claude Banze Buana, joint également au téléphone, a demandé une assistance du gouvernement, la localité d'Ankoro ne disposant pas selon lui de moyen logistique pour "faire face à un tel désastre".

Le transport fluvial est l'un des plus usités en RDC, qui dispose de plusieurs cours d'eau, dont le plus important est le fleuve Congo, long de 4.700 km.

Les naufrages sont fréquents sur les lacs et rivières de la RDC, notamment du fait de la surcharge des embarcations -avec un nombre réel non conforme aux données des registres-, le mauvais balisage des voies navigables, l'absence de signalisation des bateaux et l'inexpérience des pilotes.

La plupart des embarcations ne remplissent pas les conditions sécuritaires de navigation (gilets, bouées de sauvetages, signalisations lumineuses, etc.).

Selon un décompte de l'AFP, au moins onze naufrages ont eu lieu en 2008 dans le pays, causant la mort de plus d'une centaine de personnes et la disparition de 280 autres.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5grhQHQZo6aCyNPd4dLW6xvK762Ew

Jusqu'a ce point?
Qui sont ces PARTENAIRES?
Même pour aider les victimes?
Mon Dieu!!! Quelle irresponsabilité du gouvernement?


 



30/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres