Le Blog de Sacrebopol

UN POLICIER FRANÇAIS AGRESSE UN GENDARME CONGOLAIS À KINSHASA

Dans tous les états du monde, la préoccupation primordiale des autorités est la protection de l'intégrité des citoyens et de leurs biens. Il n'en est pourtant pas ainsi en République démocratique du Congo.

Des étrangers se permettent sans peur, à agresser des citoyens congolais, souvent avec la complicité des dirigeants qui, selon la constitution, sont appelés à les protéger.

Non seulement que l'étranger vous aura battu dans votre prpre pays, vous devrez par la suite répondre devant les autorités judiciaires, de votre témérité pour avoir voulu riposter devant l'étranger.

Et lorsque c'est un policier qui se fait battre, ça dépasse tout entendement. Malheureusement pour le citoyen, le policier ira se décharger sur un citoyen innocent qui paiera les pôts cassés.

La violence du coup de poing a envoyé le policier congolais sur le pavé. Il s’est blessé à la paume de la main en tombant. Sincèrement, la rupture que prône le président français entre l’Afrique et la France risque de ne pas se faire en douceur. Au moment où Sarkozy croyait encore s’amuser avec l’opinion en prononçant des discours dont il ne semble pas mesurer la portée, en Afrique on le prend très au sérieux.

Si personne ne peut aller manger le pain français, il y a lieu aussi que les Français ne viennent pas manger la chikwangue ou le couscous africains. Ce continent veut lui démontrer que personne ne versera des larmes sur cette rupture dont la France semble faire son cheval de bataille. Le Gabon vient de poser un geste très applaudi sur tout le continent. En réaction au refoulement de deux étudiants gabonais de France, Libreville vient de mettre dans l’avion un Français qui débarquait au Gabon où il devrait travailler dans le secteur du pétrole.

On s’attend à ce que l’exemple gabonais, pays dont on disait entretenir des relations privilégiées avec Paris, fasse effet boule de neige. C’est ce moment qu’un gendarme français a choisi pour agresser gratuitement un policier congolais qui s’affairait à dégager la voie obstruée par l’embouteillage. Il était 15 heures 20 vendredi 7 mars, le policier était occupé à faire passer les véhicules les uns après les autres, quand le gendarme français est venu le cogner au dos.

Le policier se retourne pour regretter le geste du Français. Ce dernier ne trouvera mieux que de flanquer un coup violent en plein visage du policier congolais commis à la garde des installations du Groupe de presse L’Avenir. C’était la surprise pour le policier.

La violence du coup de poing l’a envoyé sur le pavé. Il s’est blessé à la paume de main en tombant. Au moment où il s’est relevé, il s’est vu maîtrisé par deux éléments de gardiennage Delta Protection qui gardent l’Ambassade. Le policier est vite allé se plaindre à la hiérarchie de la police, spécialement à Kin Mazière.

Il s’entendra dire que son affaire est de la compétence du ministère des Affaires Etrangères. Le policier devrait-il abandonner son poste pour aller saisir le ministère des Affaires Etrangères ? De toutes les façons, Mbusa Nyamwisi est informé. En ce moment où le Gabon vient de donner l’exemple de la réciprocité, il serait anormal que la Rdc ne puisse pas élever la moindre protestation contre ce geste inacceptable du gendarme français. Si ce gendarme n’avait pas choisi de se sauver aussitôt après, les badauds, essentiellement les enfants de la rue, mécontents du geste, étaient prêts à lui offrir la réciprocité.

(Yes)

SG/L’Avenir

Last edited: 08/03/2008 15:57:50



08/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres