Le Blog de Sacrebopol

UNE DES FILLES DE LAURENT D.KABILA ASSASSINÉE

Une demi-soeur de Kabila assassinée

 

Après Espérance Kabila..Et MUFU,voici Aimée KABILA (une fille du défunt Président) trouvée morte ce matin à Mont-Ngafula ...... :oops:
Qu'adviendra-t-il de GETOU Kabila et du vieux Kasongo (frère du défunt), encore à Kin ??

Selon LA RADIO TOPCONGO et l'ensemble de la presse congolaise, il s'agirait d'  UNE CERTAINE DAME, AIMEE KABILA qui a été tuée par balles.  Une certaine.... veut dire une inconnue qui n'est pas de la famille présidentielle, donc une usurpatrice, autrement elle aurait été protégée.

Avis à tous ceux qui portent le nom de Kabila, fils de LDK mais qui ne sont pas des frères de ... Joseph Kabila: tenez-vous loin de Kinshasa

 

Une demi-soeur du président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a été assassinée dans la nuit de mardi à mercredi à son domicile de Kinshasa, a-t-on appris aujourd'hui de source policière.
Aimée Kabila Mulengela, une des filles de Laurent-Désiré Kabila, père et prédécesseur de l'actuel président, a été abattue par des hommes armés, dont l'un portait un uniforme de la Garde présidentielle, a indiqué l'organisation de défense des droits de l'Homme la Voix des sans voix (VSV) dans un communiqué.
Mercredi vers 1h du matin, des hommes armés se sont introduits dans la résidence de la victime, dans le quartier de Mont-Ngafula, sur les hauteurs de Kinshasa. Les agresseurs ont exigé "sans succès de l'argent, avant de s'emparer de téléphones portables (...), d'un ordinateur et d'une caméra", selon des témoignages recueillis par la VSV.
Effrayée, Kabila se serait alors réfugiée dans sa salle de bain, où elle a été tuée d'une balle tirée "à bout portant dans la poitrine", poursuit la VSV, qui précise que les agresseurs ont ensuite "pris tout leur temps pour fouiller la maison". Tuée sept ans après son père Laurent-Désiré Kabila, assassiné le 16 janvier 2001 par un de ses gardes du corps, Aimée Kabila, âgée d'une trentaine d'années, se sentait "menacée" et avait à plusieurs reprises alerté la Mission de l'ONU en RDC (Monuc).

Source : AFP

 

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
16/1/2008   20.21

 

 

 

LA SŒUR DU PRÉSIDENT KABILA ASSASSINÉE

Divers, Brief

 

 

Aimée Kabila, soeur du président Joseph Kabila, a été assassinée la nuit dernière vers 1 h 00 du matin à son domicile de Mont Ngafula, à la périphérie ouest de la capitale, Kinshasa. La nouvelle a été confirmée à la MISNA par Floribert Chebeya, président de Voix des sans voix, l'organisation de défense des droits de l'Homme qui a divulgué l'information. Selon la reconstruction des faits fournie par M. Chebeya, dont l'organisation a été alertée par des témoins, des hommes armés sont entrés par effraction chez madame Kabila – mère de quatre enfants – ont saccagé le domicile et ont mortellement tiré sur la victime. "Aimée Kabila se sentait menacée depuis plusieurs années, elle avait été même arrêtée en 2005 par la police, mais elle ne bénéficiait d'aucune protection " a précisé M. Chebeya, en condamnant le crime. Une équipe de la division droits de l'Homme de la mission onusienne dans le pays (Monuc) s'est rendue sur place pour enquêter sur l'homicide, dont les circonstances et les motivations ne sont pas encore clarifiées. Certaines sources dans la capitale font noter que les relations entre le chef de l'État et sa sœur n'avaient pas toujours été bonnes, notamment à cause de l'héritage de leur père, l'ex-président Laurent-Désiré Kabila, assassiné il y a exactement sept ans.
[CC]


 

RD Congo

Assassinat d'une fille de Laurent Désiré Kabila

par  RFI

Article publié le 17/01/2008 Dernière mise à jour le 17/01/2008 à 11:10 TU

Une des filles de feu Laurent Désiré Kabila, Aimée Kabila, âgée d'une trentaine d'année et mère de 6 enfants, a été assassinée chez elle, dans le quartier Mongafula de Kinshasa, dans la nuit de mardi à mercredi. Un meurtre qui intervient le jour même de la commémoration du 7è anniversaire de la disparition de son père tué par l'un de ses gardes du corps, le 16 janvier 2001.

Selon nos informations ce sont deux hommes armés, un en uniforme militaire l'autre en civil, qui se sont introduits entre 1 heure et 2 heures du matin dans la maison d'Aimée Kabila. Les cadenas ont été fracturés et une vitre donnant accès au salon a été brisée.

Tentant de se réfugier dans la salle de bain, c'est là que la fille de feu Laurent Désiré Kabila a été abattue de plusieurs balles dans l'abdomen. Les enfants d'Aimée Kabila étaient présents.

Alors s'agit-il d'un crime crapuleux ? Selon des sources proches de la famille de la victime, les agresseurs ont fouillé la maison visiblement à la recherche de quelque chose mais à l'exception de téléphones portables rien n'a été emporté.

Différents témoignages indiqueraient par ailleurs qu'environ une heure avant l'agression des jeeps militaires étaient visibles dans le quartier où se trouve le domicile de la victime.

Tensions et rivalités dans le clan familial

Ces dernières années, Aimée Kabila se sentait menacée et en avait informé la Monuc (Mission des Nations unies en République démocratique du Congo) et des ONG congolaises de défense des droits de l'homme. Il y a un peu plus d'un an elle avait été arrêtée par les services spéciaux de la police et les renseignements militaires. Aucun motif n'avait été fourni à l'époque pour justifier cette arrestation.

Des sources proches de la présidence reconnaissent qu'il existe des tensions et de nombreuses rivalités dans le clan familial. Aimée Kabila proche d'anciens barons du Mzé avait soulevé à plusieurs reprises deux questions : que sont devenus les biens de Kabila père, et qui sont ses héritiers ?

Aimée Kabila, fille de LDK, assassinée mercredi à Kinshasa ! Par Pierre Kalambayi Misasa
Envoyer à un(e) ami(e)           Imprimer

Le souvenir du 7e anniversaire de l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila est marqué du sceau du sang de sa fille, Aimée Kabila, versée inutilement par des chiens de garde du régime policier de Kinshasa qui entendent réduire à sa plus simple expression tout membre de la famille biologique de Laurent-Désiré Kabila décidé à réclamer le partage de l’héritage familial.

Mère de quatre enfants, Aimée Kabila a été assassinée mercredi dernier à 1h du matin par des hommes armés entrés par effraction dans sa maison de Mont-Ngafula à Kinshasa. Curieuse coïncidence, Aimée Kabila est assassinée le jour du 7e anniversaire de l’assassinat de son père, journée marquée à Kinshasa par une messe d’action de grâce dite en la cathédrale Notre Dame du Congo.

Tenue secrète par le régime de Joseph Kabila, pourtant frère( ?) de la victime, la nouvelle de l’assassinat d’Aimée Kabila a été divulguée à l’agence catholique Misna par l’ONG la Voix des Sans Voix de Floribert Chebeya qui a par ailleurs souligné que la victime ne bénéficiait d’aucune protection.

Et pour cause, Aimée Kabila fait partie des filles et fils biologiques de Laurent-Désiré Kabila, rangés derrière leur frère aîné, Etienne Kabila,  qui vit en exil en Afrique du Sud, pour exiger non seulement la vérité sur l’assassinat de leur père, mais aussi le partage de l’héritage familial. Cet héritage est la chasse gardée de Joseph Kabila et de Mme Sifa Mahanya.

Fille biologique de Laurent-Désiré Kabila, Aimée Kabila n’entretenait aucune relation avec son frère ( ?) de président. En 2005, elle avait passé deux longs mois dans les geôles des Services spéciaux de la police (Kin-Masière) où elle s’était rendue en pleurs au moment où des rumeurs annonçaient  que son frère Etienne Kabila était en prison en Afrique du Sud.

Quelques jours après elle, ce fut le tour de son frère Jhon Kabila d’être mis aux arrêts. Son crime : le fait de porter son nom de Kabila et s’être rendu au port de Matadi pour dédouaner quelques biens commandés en Europe.

Des semaines après Jhon Kabila, c’était le tour de Dieudonné Kasongo, petit frère de LD Kabila d’être mis aux arrêts pour la troisième fois pour avoir réclamer, s’il vous plait, les habits de son frère assassinné, confisqués par son successeur désigné !

Si John Kabila et son oncle Dieudonné Kasongo ont été invités à la boucler, du moins jusque là ; ça n’a pas été le cas de Hortense Kibawa, petite sœur de LD Kabila, qui a payé de sa vie son entente cordiale avec les enfants biologiques de son frère autres que ceux qui constituent la caste au pouvoir autour du tandem Kabila Kabange-Sifa Mahanya. Comme dans un film de fiction, Mme Kibawa a été assassinée à Lubumbashi par un militaire de la garde présidentielle commis à sa garde. Très beau comme épisode d’un incident isolé !

Sept ans après l’assassinat du tombeur de Mobutu, sa famille biologique est toujours soumise à de fortes pressions et contrainte à l’omerta. Aimée Kabila a peut-être aussi payé son soutien apporté à son frère aîné et son refus de s’approcher d’un pouvoir dont elle avait conscience qu’il avait les mains ensanglantées et portait la responsabilité de l’assassinat de LD Kabila. C’est pourquoi d’ailleurs, elle exigeait, tout comme Etienne Kabila, que toute la vérité soit dite sur le procès des assassins présumés de leur père, un procès qui n’a du reste été que suspendu. Pas de quoi faire plaisir au champion de l’AMP-PALU-UDEMO !

A la lumière de ces assassinats ciblés et qui semblent programmés, le gouvernement sud-africain serait mieux inspiré en apportant une protection particulière à Etienne Kabila, étant donné qu’il y a peu un escadron de la mort était à ses trousses au pays de Mandela.

Question de bon sens tout de même, Aimée Kabila étant la fille de LD Kabila, et donc sœur de celui qu’on appelle Joseph Kabila Kabange, pourquoi la nouvelle de son assassinat n’a pas été annoncée par le régime de Kinshasa à travers la très officielle RTNC, ni même Digital Congo que dirige sa sœur ( ?) Jaynet Kabila ?

Poser une question c’est y répondre !

CongoOne, Mise en ligne le 17-01-08



17/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres