Le Blog de Sacrebopol

ÉTIENNE TSHISEKEDI

Étienne Tshisekedi wa Mulumba, né à Kananga (anciennement Luluabourg) en 1932, est un homme politique de la République démocratique du Congo (RDC), ancien premier ministre du Zaïre (ancien nom de la RDC) et président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Il est d'origine luba.

Tshisekedi obtient son diplôme de docteur en droit à l'université Lovanium de Kinshasa en 1961, devenant ainsi le premier diplômé en Droit du Congo. Déjà en 1960, il est membre du collège des Commissaires généraux, gouvernement provisoire mis en place par Joseph Mobutu après un coup d'état, en tant qu’adjoint du commissaire à la Justice, Marcel Lihau. Entre 1961 et 1965, Dr. Etienne Tshisekedi est le Recteur de l'Ecole Nationale de Droit et d'Administration (ENDA). Il participe au gouvernement congolais et devient ministre de l'intérieur et des affaires coutumières du Président Joseph-Désiré Mobutu en 1965. Il prend part à la rédaction de la Constitution congolaise de 1967. Cette même année, au conclave de Nsele, Tshisekedi rédige, avec Mobutu, Justin Bomboko et Singa Udjuu, le manifeste de la Nsele, créant ainsi le Mouvement populaire de la Révolution.[1] Ce parti deviendra ensuite le parti unique et le parti-état.

En 1980, le président de l'Assemblée nationale, Kalume meurt. Mobutu nomme Nzondomio Adokpelingbo au lieu de son remplaçant légal, Tshisekedi. En décembre 1980, Tshisekedi et d'autres parlementaires rédigent une lettre ouverte à Mobutu, la lettre des 13 parlementaires. [1]

En 1982, Tshisekedi participe à la fondation de l'UDPS. Suite à ça il fait plusieurs fois la prison et subira une oppression avec les autres fondateurs, certains trouverons même la mort.

Tshisekedi accède une première fois au poste de premier ministre du Président Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga entre le 29 septembre et le 1er novembre 1991.

Lors de la période d'instabilité politique au début des années 1990, le Zaïre met en place une Conférence nationale souveraine chargée de redresser le pays. Ce forum national élit Tshisekedi premier ministre le 15 août 1992.

Un des principaux opposants du pays, Tshisekedi ne peut mener à bien sa mission de remise sur pied du pays : les occidentaux lui préfèrent Kengo wa Dondo et Mobutu le haït. À l'encontre des résolutions de la Conférence nationale, Mobutu démet Tshisekedi de son poste de premier ministre le 5 février 1993.

Après la chute de Mobutu et du Zaïre, et avant la prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila, Tshisekedi profite du vide politique pour redevenir premier ministre du 2 au 9 avril 1997.

Il refusera d'entrer dans le gouvernement de Laurent-Désiré Kabila en 1997 et dans le Gouvernement de transition en 2003. Il est depuis 1997 avec l'UDPS à la tête d'un mouvement d'opposition non violent, ayant été à diverses reprises l'instigateur de manifestations, et à l'origine du boycott, avec peu de succès, du référendum du 18 décembre 2005 sur la constitution d'une Troisième république.

 

La grande ambition de Etienne Tshisekedi pour le Congo.

Près de dix ans d'intervalles, même geste, même ferveur.

tshisekedi_parlementair_deb9

 

Entreé triomphale d'Etienne Tshisekedi aux tra vaux du comité nationale 02/04/2005

 

 

Etienne Tshisekedi totalise aujourd’hui 75 ans d’ages, tout au long de ces vingt cinq dernières années au travers de son combat politique, il a su démontrer à la face du monde qu’il  est un homme de profondes convictions, une qualité qui est très rare dans notre pays. Dans un pays où le culte du moindre effort et la culture de la jouissance sont érigées en vertus cardinales par une élite qui a failli totalement, Etienne Tshisekedi parait bien comme un homme à part, inclassable, n’en déplaise aux donneurs de leçons et autres soi-disant spécialistes du Congo sans expertise qui lui prédisait, et, continuent à le faire une fin de carrière politique due à ce qu'ils nomment anachronisme mais que nous percevons plutôt comme de la cohérence politique. Sa constance politique et sa force de caractère nous ont appris à nous méfier de l’opportunisme qui caractérise la racaille politicienne de Kinshasa. Il est celui qui a éveillé notre conscience politique, dans le contexte de l’époque où Mobutu était le seul maître du zaïre après Dieu.

tshisekediaction

E.Tshisekedi et le peuple de Kinshasa en action (Rond-point Mandela Avril 1997)

Son courage politique à relever les grands défis paraissant perdu d’avance a fini par nous convaincre définitivement de son engagement en faveur du peuple. Aujourd’hui, plus que jamais Etienne Tshisekedi demeure un modèle pour toute la jeunesse congolaise et nous pouvons fièrement lui dire sans faire du culte de personnalité que la durée son combat politique est un des actes majeurs au Congo ces trente dernières années. Toute les générations congolaises sacrifiées par les régimes infâmes Mobutu et Kabila ont appris à croire aux valeurs de la démocratie qui constitue le leitmotiv de votre combat politique. Votre combat est juste et  Dieu tout puissant nous accordera la victoire.

Etienne NGANDU



01/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres