Le Blog de Sacrebopol

RD Congo | L’honneur perdu de Lambert Mende

Enregistré dans : POLITIQUE — 20 mars, 2011 @ 8:17 Editer

 

 

 

 

 

L’affaire est grave, car cette accusation grotesque émane d’un ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Elle entache donc la crédibilité de l’État et celle du président lui-même. De quels éléments dispose M. Mende pour exposer de telles « certitudes » ? Sur la base de quelle enquête ? Évidemment, il n’a rien d’autre entre ses mains que sa mauvaise foi. Un comportement exécrable qui illustre aussi une mentalité détestable : pour Mende, visiblement, tout s’achète et tout se vend. Il est vrai que l’itinéraire de cet homme passé maître dans l’art de retourner sa veste résume assez bien sa conception du pouvoir : opposant à Mobutu dans les années 1980 alors qu’il fait ses études en Belgique, ministre du maréchal peu après son retour au pays (Mobutu sera la première personne qu’il rencontrera lors de ce retour…), organisateur d’une marche de soutien à son tombeur Laurent-Désiré Kabila, en 1997, membre de la rébellion du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) de Ruberwa, toujours sous Kabila père, avant de finir par goûter à la soupe présidentielle avec le fils. Si j’étais Joseph Kabila, je me méfierais d’un ministre aussi versatile…

 

//www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p038-039-ter.xml3/enquete-jeune-afrique-joseph-kabila-ministrel-honneur-perdu-de-lambert-mende.html

 

 

 

 

 

RD Congo | RDC : Bosco Ntaganda, pour une poignée de dollars

 

 

 

 

 

 

 Bosco Ntaganda dans le Nord-Kivu, en janvier 2009. © Walter Astrada / AFP

 

Les trafics en tous genres continuent de plus belle en RDC, en particulier dans l'Est malgré la suspension des activités minières prononcée par le gouvernement dans les Kivu. À Goma, un jet faisant la contrebande de l'or a été arraisonné. Les suspects seraient liés à un certain Bosco Ntaganda, un militaire bien connu. Et protégé par Joseph Kabila.

 

Des lingots d’or, une valise de dollars, un jet privé… Tous les classiques du polar sont là. La toile de fond apporte sa dose d’exotisme et de sordide : Goma, dans l’Est tourmenté de la RDC, paradis pour les trafiquants de minerais et enfer pour les civils.

 

Depuis le 3 février, un biréacteur immatriculé aux États-Unis stationne à l’aéroport du chef-lieu du Nord-Kivu. Ses quatre passagers – deux Nigérians, un Américain et un Français – ainsi que son équipage – trois Américains et un Nigérian –, en provenance d’Abuja (Nigeria), séjournent à l’hôtel Ihusi, complexe doté d’une piscine, en bordure du lac Kivu. Mais ils ne sont pas là pour raisons touristiques. Le 4 février, la garde républicaine les y a assignés à résidence et a immobilisé leur appareil.

 

Selon Julien Paluku, le gouverneur de la province, les forces de l’ordre avaient vu un homme grimper à bord et redescendre une valise de billets à la main, avant que le jet ne soit chargé d’une cargaison de 435,6 kg d’or en lingots. Des indices clairs d’un trafic d’or. Le sous-sol du Nord-Kivu en regorge, mais en septembre dernier, le gouvernement a décrété la suspension des activités minières dans la région. Selon le chef de l’État, Joseph Kabila, « une espèce de mafia » parasite le secteur.

 

Valise pleine de dollars

 

« L’affaire du jet » pourrait apporter une énième preuve que l’armée n’y est pas étrangère. L’homme à la valise serait un proche de Bosco Ntaganda, ancien rebelle protégé par Kinshasa depuis son intégration à l’armée régulière, en 2009, malgré le mandat d’arrêt lancé contre lui par la Cour pénale internationale en 2006. Suivant le véhicule du sherpa après la transaction, la garde républicaine l’aurait vu se garer précisément devant chez Ntaganda. Une partie seulement du contenu de la valise – 6,5 millions de dollars au total – aurait été récupérée et placée à la Banque centrale, avec les lingots. Mais sera-t-il possible d’en faire usage ? Une source fiable rapporte ce détail piquant, sous le couvert de l’anonymat : il y a dans ce pactole pour un million de dollars de faux billets.

 

Publié en novembre dernier, un rapport du Groupe d’experts des Nations unies sur la RDC évoque le cas Ntaganda. « Selon de nombreuses sources dignes de foi, Ntaganda est directement impliqué dans le commerce de minerais dans toute cette zone [la partie Sud du territoire de Masisi, NDLR] », écrivent notamment les auteurs.

 

L’histoire soulève de nombreuses questions. Quel sera le sort des passagers du jet ? À qui appartient celui-ci ? L’or a-t-il été transformé en lingots sur le territoire congolais ? Le 17 février, le procureur général de la République est arrivé à Goma pour une enquête, qui devra aussi répondre à des interrogations plus cruciales. Pourquoi ce trafic a-t-il été mis au jour alors que tant d’autres, au Nord-Kivu, se déroulent en toute tranquillité ? « Il devait y avoir un mécontent qui ne s’y retrouvait pas et a décidé de faire payer les autres », dit un observateur à Kinshasa. S’il est vraiment impliqué, Ntaganda sera-t-il inquiété ? Jouissant encore d’une autorité sur les rebelles fraîchement intégrés, il constitue une menace pour la fragile paix de l’Est congolais. 

 

//www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p016.xml1/onu-or-corruption-minesrdc-bosco-ntaganda-pour-une-poignee-de-dollars.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



20/03/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres